Francofolies de Spa - Interview de Guillaume Grand

Interview - Le 25/07/2011 par Graham

Guillaume Grand est un chanteur compositeur français qui s'est fait, depuis 2010, une belle petite réputation, et ce grâce à son titre intitulé "Toi et Moi". Son album "L'amour est laid" est d'ores et déjà disponible.

Guillaume Grand est un chanteur compositeur français qui s'est fait, depuis 2010, une belle petite réputation, et ce grâce à son titre intitulé "Toi et Moi".
Son album "L'amour est laid" est d'ores et déjà disponible.

C'est la première fois que l'on te retrouve aux Francofolies de Spa, quelles en sont tes premières impressions?
C'est en effet une grande première pour moi aux Francofolies, mais je viens souvent en Belgique, j’ai d’ailleurs déjà fait un concert ici pour la promo de l’album.
C’est à chaque à chaque fois génial, je n'ai jamais douté un seul instant du plaisir que ça me procurerait de chanter ici, j'ai vraiment passé un super moment.



Le public belge est-il à la hauteur de la réputation qu’on lui attribue souvent ?
Le public belge est super, j'adore la Belgique. Je ne dis pas cela pour être gentil, je le répète à chaque fois, vraiment. Il y a ici quelque chose de différent qui se passe. Je pense simplement au niveau humain, par exemple; différent de la France, mais aussi des autres pays où je suis déjà allé, ce n’est jamais la même chose. J'avais vraiment hâte de venir ici.


J'ai lu dans une interview que ton album était le fruit d'un long parcours, inspiré de choses que tu as vécues, et surtout des nombreux voyages que tu as effectués lors de ton enfance et de ton adolescence. Justement, quel regard sur la vie ta large expérience te permet-elle de porter ?
Je ne prétends pas du tout avoir raison, mais c'est comme ça que je vois les choses :
On a tous des problèmes, j'en ai aussi, la vie n’est pas simple. Mais il y a pour moi un gros problème d'éducation - pas de l'éducation au niveau des parents-, mais il y a un gros faux au départ par rapport à la culture, je dirais même la culture européenne, par rapport à l'église, par rapport à des valeurs qui pour moi ne sont pas vraies … par rapport à plein de chose en fait ! Pour moi, tout est bâti sur du faux et je pense que, culturellement, ça devient un problème. J’estime aussi qu'il y a de gros problèmes de mensonges. Après, la vie est compliquée, il est difficile de la prendre avec une vérité directe, donc on s'arrange, je le fais aussi, tout le monde le fait ! On fait ce qu'on peut mais on se raconte beaucoup de mensonges pour se sentir bien, parce que justement, on est tous un peu à la recherche du bonheur.



J'ai vu tout à l'heure qu'à l'origine, dans "Lalalalalalalala" tu avais écrit "Bla Bla" mais pour que cela sonne mieux musicalement, tu aurais remplacé par "Lalalalalalalala" : A propos, es-tu un peu au courant du "Bla Bla" politique belge?
Très peu. Je sais à peu près de quoi il s’agit. Je trouve cela dommage car justement, la force de la Belgique, c'est la multi-culturalité, les différentes langues parlées, mais à part cela, j’avoue que je ne suis pas trop politique.

image



Revenons un peu à ton album : dans "Je veux voir les gens vivants" tu y parles d'amour, de haine, de folie, de jalousie, de trahison… penses-tu que tous ces sentiments sont liés les uns aux autres?
Oui, aucun ne va l'un sans l'autre, mais comme je le dis aussi dans la chanson, "il y du beau dans la haine, du beau quand ça saigne". Il y a des choses qui sont belles dans la difficulté. Je pense que l'amour -je n'y crois pas une seconde- est un sentiment qui n'a pas de sens s’il n'est pas difficile. Je pense que rien n’a du sens dans la vie si c'est quelque chose de facile, si ce n'est pas quelque chose qui fait du mal, si ce n'est pas quelque chose qui demande un certain travail, un certain temps… donc oui, je pense que tout est lié.


Ton premier album vient de sortir, quels sont maintenant tes différents projets?
Nous sommes en tournée depuis février, et ce jusque Noël. On compte quand même faire une petite pause en août. Je planifie d'abord de bien clôturer la tournée, que tout se passe bien, que l'on soit bons sur scène, que les gens soient contents, ensuite je projette de réaliser un deuxième album, qui sera sûrement pour l'été 2012.


Des collaborations?
Pour l'instant, non, mais je n'ai pas encore réellement commencé à bosser, donc peut-être que ce sera pour plus tard, mais rien de prévu pour le moment de ce côté-là.


Est-ce que tous tes textes sont autobiographiques, ou seulement certains?
Une grande partie de mes textes sont autobiographiques, cependant il n'y a aucune notion de dates, de lieux, de personnages.
Ca n'aurait pas de sens pour moi de me mettre à la place de quelqu'un d'autre. En plus, comme je ne suis pas bon interprète, je ne peux pas commenter la vie des autres, je n’en sais rien, je ne suis pas dans les baskets des gens. Tout ce qui se trouve dans mon album fait partie de ma vie, de mes sentiments ou de mes pensées très fortes, des moments vécus. Ca n’a donc pour moi aucun sens de chanter la vie des autres et d'imaginer qu’on a raison.
Les gens doués peuvent le faire ; écrire pour les autres, chanter les chansons des autres…



T’inspires-tu parfois d'autres artistes, comme Damien Saez, par exemple?
J'adore Saez, je l’écoute beaucoup. Je pense que s’il venait à entendre "Toi & moi", il bondirait ! (rires)
Indirectement, je suis inspiré par plein de choses : des choses que j'apprécie, comme n'importe quelle musique, comme un musicien, comme un auteur… On ne peut plus inventer grand chose, il n'y a plus rien d'authentique ou de nouveau, mais on emmagasine des informations différentes que chacun ressort à sa manière, mais ce sont toujours des choses qui sont construites avec le passé.



Pourquoi "l'amour ce n'est pas pour moi, c’est pas pour nous" ?
Je n'y crois pas. Je ne crois pas en ce mot-là, vécu de cette façon là, et je n'ai pas l'impression que les gens vivent quelques chose d'unique, je n'ai pas l'impression de vivre quelque chose d'unique. Après, on a tous des parcours différents, un métier différent, CA c'est unique ! Je pense juste qu’à propos de l'amour et la façon dont on vit les sentiments, la façon dont on vit en couple, il n'y a rien d'unique.


Guillaume, qu’écoutes-tu dans la vie de tous les jours?
J'écoute un peu de tout : Damien Saez, Jacques Brel, Noir Désir, Ben Harper, Francis Cabrel… des chanteurs qui ont des textes assez engagés, en fait.






Suikerrock - Interview de Alice Avery

Publié le 28/07/2011

Alors que nous nous promenions par hasard dans les rues de Tirlemont entre Soulsister et Tom Jones, une jolie voix s'est mise à attirer notre attention... Alice Avery.



Lire la suite



Atelier 210 Belgian Music Festivals Orange Every Day A Great Song Le Cadran Flyprint