Dour, pardonne-moi!

Dossier - Le 12/07/2015 par Elliott

C'est le cœur lourd que je vous écris ces quelques lignes. La dépression me guette. La vie est parfois si injuste qu'elle me dégoute.

C'est le cœur lourd que je vous écris ces quelques lignes. La dépression me guette. La vie est parfois si injuste qu'elle me dégoute.

Vous l'aurez sans doute compris, je vais rater ce vingt-septième Dour festival. Honte à moi. Putain.

Je vous vois déjà rire. Je le sais bien bordel que comme un con je vais rater la première édition depuis dix-sept ans qui se déroulera dans des conditions climatiques optimales. J'ai beau secrètement espérer que le soleil vous viole dès l'aurore, vous imaginer suer des litres de trans' dégueulasse sous une température de cinquante-trois degrés dans le Dance Hall ou encore vous voir enseveli sous trois mètres de boue, mais rien n'y fait, j'en suis persuadé, ce Dour se déroulera sous un vingt-cinq degrés idéal. Accompagné même d'une petite brise légère pour les gras dans mon genre. Chienne de vie.


Vous allez donc profiter de CINQ jours de musique, CINQ PUTAINS DE JOURS DE MUSIQUE (merci Mons2015), pendant que je me lamenterai devant mes tableurs Excel, mes impressions foireuses et ce Publisher qui me donne des envies de meurtre.

Et oui, ils ont osé, ils l'ont fait. Moi, chose inutile d'entre les inutiles, pas spécialement intelligent, bordélique et, avouons-le, pas plus capable qu'un autre, j'ai décroché un boulot. UN BOULOT. Putain de merde. Je ne méritais quand même pas ça! Mes employeurs ont-ils seulement conscience que je vais finir par échouer lamentablement dans cette tâche comme j'ai échoué dans toutes les autres au court de ma courte vie? Était-ce vraiment la peine de me priver de mes cinq jours annuels d'amour, de fête et de dépravation? Ces gens ont-ils seulement un cœur!?

J'ai bien songé à quelques subterfuges: insulter mon boss, partir par la grande porte façon grand vainqueur du lotto, me couvrir de honte en simulant une maladie grave/contagieuse/honteuse/lestroisàlafois. Mais non, j'ai beau retourner le problème dans tous les sens, faut que je me résoude à l'idée que ce job est sans aucun doute ma seule chance de ne pas vivre toute ma vie au crochet de ma maman. Ou de vivre tout court en fait. Elle commence en effet à en avoir marre de ma gueule. Zyva, c'est quand même elle qui m'a engendré, c'est un peu facile ça, qu'elle assume maintenant!

Dour, s'il te plait, j'y tiens, ne le prends pas personnellement. Entre nous, tu le sais, c'est à la vie à la mort. Mais cette année je peux vraiment pas. Je dois penser à mon avenir. A notre avenir. C'est donc le cœur lourd de tristesse que je me dois de rester à la maison.

Ok, les chances que je vienne samedi humer ton ambiance sans nulle autre pareille sont grandes. Et peut-être même qu'une quantité abyssale de gnôle me fera oublier que je t'ai trahi. Je pourrais alors profiter et me déhancher devant Goose, Lauryn Hill ou Joris Delacroix.   

Ok, ouais, bien entendu, cela va de soi, je me terminerai sur ton camping merveilleux. Je ne peux en effet tout simplement pas imaginer me déplacer sans venir y faire un petit coucou. Mais tu t'en doutais hein? Tu me connais si bien.

Certes, certes, ça va être bien, après tout, c'est mieux que rien non? Mouais. J'ai beau essayer de me rassurer, on sait toi comme moi qu'arriver un samedi à Dour c'est plus ou moins la plus grande tricherie du monde. C'est presque aussi pire qu'utiliser une festihut. Ouais non je m'emporte la, faut quand même pas déconner.

Enfin, je pourrais continuer pendant des heures à t'expliquer pourquoi j'ai le cœur brisé, que j'aurais tant aimé voir Salut c'est cool, Marcel Dettmann, Starflam et tant d'autres, découvrir une obscure pépite vautré dans l'herbe ou encore … non, c'est trop dur, je peux pas continuer. L'émotion est trop vive. Je m'arrête ici. Les dizaines de milliers de festivaliers présents ont intérêt à te faire honneur et à profiter pour moi.

Dour, je t'aime, et si on se voit pas samedi, on se voit en 2016. Tu me manques déjà. Longue vie à toi.






Brussels Summer Festival 2015

Publié le 23/07/2015

Au coeur de notre capitale.

Oasis Festival - La première édition à Marrakech

Publié le 12/07/2015

C'est au coeur du Fellah Hotel de Marrakech que la première édition de l'Oasis Festival aura lieu, du 11 au 13 septembre.

Brussels Summer Festival 2015

Lire la suite

Oasis Festival - La première édition à Marrakech

Lire la suite



Atelier 210 Belgian Music Festivals Orange Every Day A Great Song Le Cadran Flyprint