Suikerrock - Interview de Jerusalem Syndrome

Interview - Le 30/07/2011 par Graham

Jerusalem Syndrome, ou, l'histoire de cinq amis d'enfance qui ont décidé de mettre une passion, la musique, en commun pour former un groupe!



Après avoir savouré un merveilleux concert de Deep Purple, accompagné de l'orchestre philharmonique de Frankfurt, nous nous sommes précipités à l'arrière de la seconde scène (Jim Maniacs powered by Sonicangel) pour poser quelques questions au groupe Jerusalem Syndrome. Trois d'entre eux, bières aux mains, nous ont accueillis dans la loge Sonicangel.

Pour commencer, d'où vient ce nom, assez spécial, mais qui intrigue? Et vos textes, de quoi parlent-ils?
Notre nom fait directement allusion au Syndrome de Jérusalem (Syndrome du voyageur): tel des pèlerins revenus de la ville sainte, nous avons un message à faire passer. Un nom porteur pour un message simple: Rock'n Roll, & Enjoy. Profiter, s'amuser!
Quant à nos textes, ça raconte un peu notre quotidien, et notre vie la nuit aussi, quand on sort. D'ailleurs, nous avons présenté, ce soir, une nouvelle chanson. Cette dernière raconte l'histoire d'une adolescente en soirée. Ivre, elle est perdue face à un dilemme.


Vous avez joué sur une scène parallèle à celle de Iggy & The Stooges et Deep Purple, quel sentiment cette situation engendre-t-elle?
Nous sommes vraiment déçus de ne pas les avoir vus, surtout!
D'ailleurs, le chanteur d'Iggy Pop a-t-il fait monter des gens du public sur la scène?
(Nous demande, avec un sourire aux lèvres, l'un des trois artistes).

Et puisque nous évoquons de gros noms, avec quels artistes rêveriez-vous de jouer? Et, dans un même registre, sur quelle scène parfaite ?
L'un après l'autre, les jeunes n'évoquent que quelques classiques, comme les Rolling Stones, pour Bob. Jim Morisson, nous lance Deven, sans hésitation. Quant à Rupert, il nous cite les Strokes, sans hésitation.
Une scène parfaite? Werchter ou Glastonbury nous lance l'un, quand les autres nous précisent qu'ils doivent d'abord, bien sûr, le mériter.

Tout en restant dans la haute école de la musique, que ressentez-vous quand on vous compare aux Kooks?
Malheureusement, ça nous arrive trop souvent. On aime bien le groupe, mais dès qu'on entre en scène, les gens s'imaginent que nous allons les copier, alors que je n'ai que les boucles et la même veste que le chanteur, nous confie Deven, le chanteur, entre deux gorgées de bière.

Un projet, peut-être?
On aimerait enregistrer un CD, c'est sûr, mais ne nous savons pas trop vers quoi nous nous tournons. Grande hésitation entre l'E.P. ou l'album, mais les impressions des médias et du public nous aideront à choisir!

Une petite dernière, un peu plus drôle, pour finir: que peut-on trouver sur votre table de nuit?
Deven nous sort de la poche de son blouson de cuir une belle boîte de préservatifs.
Rupert, deux bières aux mains, nous ajoute avec rires qu'on peut trouver un demi litre de bière sur son meuble. Pour le réveil, ajoute-t-il en éclats.
Quant à moi, finit Bob, il y a TOUJOURS (et il le souligne), une jolie fille, assise près de moi, qui attend l'ouverture de mes yeux. (Les trois se mettent à rire).

image






Suikerrock - Interview de Bab

Publié le 01/08/2011

Bab, jeune artiste née, peut d'ores et déjà se vanter du beau parcours qu'elle a derrière (et devant) elle.

Suikerrock - Interview de Alice Avery

Publié le 28/07/2011

Alors que nous nous promenions par hasard dans les rues de Tirlemont entre Soulsister et Tom Jones, une jolie voix s'est mise à attirer notre attention... Alice Avery.



Lire la suite



Lire la suite



Atelier 210 Belgian Music Festivals Orange Every Day A Great Song Le Cadran Flyprint